LE MONASTÈRE DE SOLAN

Les soeurs de Solan, visionniaires ?

Perché à 20 km d’Uzès, le Monastère de Solan héberge une communauté de soeurs orthodoxes qui ont fait le choix d’une polyculture biologique sur leur terre. Le temps d’une journée, elles nous ont ouvert leur porte pour nous raconter l’histoire de ce lieu si atypique.

Arrivées en 1991, dans un contexte difficile pour l’agriculture, sur les collines de la Bastide d’Engras, elles découvrent un domaine de 40 hectares de forêt et de 20 hectares de terres cultivables.

L’enjeu était de taille nous raconte joyeusement soeur Lossifia :

« Lorsque nous sommes arrivées ici il y a 25  ans, les paysans du coin nous regardaient bizarrement : des femmes en toges, qui n’y connaissaient rien à l’agriculture et qui voulaient en plus faire du bio, ça détonnait dans le paysage !« .

Mais la foi en ce projet, et leur désir de vivre en harmonie avec la nature est inébranlable.

Accompagnées par Pierre Rabhi, les soeurs décident de valoriser la terre en s’appuyant sur le potentiel de sa diversité. Ici la polyculture est reine. Les pommiers côtoient les cerisiers et le sol des vignes fourmille d’insectes en tout genre. Elles associent différents cépages, et cultivent leur terre sans herbicides, ni produits de synthèses. À Solan, c’est à l’huile de coude que les machines fonctionnent ! De la terre à la transformation des produits, il n’y a que quelques mètres à faire. Car les soeurs s’occupent sur place de leur cave à vin et aussi de leur conserverie pour confectionner des confitures, sirops, tisanes et autres conserves. Qu’elles vendent au marché d’Uzès ou dans leur boutique sur place. C’est leur secret. Le circuit court, la diversité des activités. Elles rédigent et répertorient aussi “leurs recettes” dans des manuels pour transmettre leur savoir.

Nous commençons la visite des terres de Solan avec l’agronome Olivier Hébrard, de Terre et Humanisme. Très bon “guide”,  passionné par son métier, par l’histoire du lieu et qui a eu la gentillesse de se rendre disponible toute la journée.

Aujourd’hui, nombreux sont les spécialistes qui viennent étudier leur domaine, et aider les soeurs à prendre soin de cette terre. C’est le cas du jeune Loïc Paya qui nous a fait la joie de participer à la visite. Nous rentrons de cette journée avec pleins d’images, et d’espoir pour notre projet d’oasis. La route sera longue mais belle…

Les soeurs de Solan ont réussi à créer un véritable lieu expérimental qui sert aujourd’hui d’exemple en agroécologie. Si vous passez dans le coin, n’oubliez pas d’aller les rencontrer et de visiter ce paradis !

3 Comments
  • Dominique
    Posted at 09:29h, 06 octobre Répondre

    Quel endroit magique ! Quelle chance d’avoir été accueillie par des personnes si pleine de joie, de passions, de bon sens et si investit et respectueuse de la planète. Merci !

  • claudie Decultis
    Posted at 13:33h, 12 octobre Répondre

    Merci de me les faire découvrir, je vais partager grandement!
    Claudie

  • claudie Decultis
    Posted at 13:34h, 12 octobre Répondre

    Merci de nous les faire connaitre. Je vais partager largement

Post A Comment