En formation chez nos amis « les grands voisins »

Formation Colibris-Université du nous.

L’association Colibris, propose le MOOC « Comment créer son Oasis ? ». Comme notre association Oasisdici est en plein questionnement nous avons décidé d’approfondir les questions de gouvernance via des formations « en présenciel » animées par l’Université du Nous.

Au sein d’Oasisdici, on s’est dit : “BANCO on va y aller !” Et nous voici partis, avec nos petits calepins/tablettes d’écolier, Hélène, Yann, Donatienne et moi, sur les bancs de l’Université… du Nous !

Mais ce Nous, c’est qui ? Co-fondé par Laurent van Ditzhuyzen, Lydia Pizzoglio et François Piranda, l’Université du Nous a été créée pour accompagner l’intelligence collective des groupes dans leur structuration concrète. Lors de ce week end du 12-13 novembre, chez nos amis « Les Grands Voisins », nous étions accompagnés de Lydia en chef d’orchestre, Marion et Cécile en rythmique et Maité en image (facilitation graphique) !

Avec l’UDN, ce qui est magique c’est la mise en musique. Avec une jolie rythmique, nous avons autant découvert des instants sensoriels qui permettent de se connecter aux autres et à soi différemment, que des moments de partage théorique et d’exercices de mise en pratique très dynamiques ! Notre examen final a été la mise en scène d’une prise de décision par consentement sur le sujet suivant : « Sur quel projet collectif souhaitez-vous travailler cette après-midi pour pratiquer une méthode de gouvernance ? ».

Nous étions aussi là pour parler des Oasis, projet que soutient l’association Colibris. Chacun a pu présenter son projet, ses attentes, ses éventuelles difficultés. Pour notre projet Oasisdici, on était super surpris de nos avancées, parce qu’en fait, nous sortions tout juste de notre 2e plénière 2 semaines auparavant et finalement nous avons réussi grâce à la longue expérience de Mauge (prononcer Maoré) notre faciltatrice (http://clips.gen-europe.org) venue spécialement d’Espagne pour encadrer nos 3 jours de plénière, ce qui nous a clairement facilité la tâche pour poser quelques bases pour notre gouvernance et prendre des décisions.

Alors, en rentrant chez Hélène et Fabrice, je me suis demandée ce que j’allais transmettre aux Oasisdiciens sur le sujet de la gouvernance, vu ce qu’on avait vécu lors de nos plénières à nous et pendant ce weekend.

En regardant Mahili (notre plus jeune membre de 8 mois !), je me suis imaginée ce que je lui répondrais dans 10 ans quand elle me posera des questions sur la genèse de notre organisation :

Mahili :

–     « Et au début alors Marianne, ce Nous, c’était qui est au final ? »

Marianne :

–     « Nous ? et bien, ça a évolué ! Au début on s’est dit, les membres actifs ce sont des adhérents de l’association. Ils sont investis dans un groupe de travail et participent en plénière. Par moment, nous serons fixe pour pouvoir avancer ensemble, ensuite ouverts et attentifs en fonction des besoins du projets. On pourra même rencontrer des conflits, ce qui nous aidera à Nous structurer, avant de devenir la super Team d’Oasidicien ! »

Mahili :

–     « Yes, Super Partante alors ! mais attends, comment on sait qui fait quoi à Oasisdici ? »

Marianne :

–   « C’est simple. Nous avons 8 groupes de travail, avec des domaines d’intervention spécifiques à chacun (communication, vision, juridique, coordination, lieu, inclusion etc ) et puis parfois, on mixe et on fait avec le vivant ! »

Mahili :

–     « Ah oui je me souviens, les organisations organiques haha… ce qui fait que pour certains postes, on peut voter sans candidat ?! J’adore ce principe de chaise vide…qui se remplie toute seule ! »

Marianne :

–     « Il y a beaucoup de volontaire quand même tu sais ! Pour certains rôles, oui on est passé par la méthode de l’élection sans candidat. »

Mahili :

–     « C’est super classe d’être élu sans même s’être présenté ! »

Marianne :

–     « Héhé, oui, ce que j’aime bien moi, c’est que même si une personne a de nombreuses voix qui la désigne au départ, c’est la sagesse du groupe qui nomme les personnes les plus aptes à tenir ces responsabilités en fonction de son temps, de ses envies… Cela permet aux personnes élues de se sentir validées par tout le groupe. »

Mahili :

–     « ….(ouaibahc’estsuperclassequandmême !) … tout ça ne me dit pas quand est-ce que je peux décider moi ? »

Marianne :

–     « Ah pour les enfants, on n’a pas encore décidé hé ! hé ! Pour les adultes, on fonctionne de manière évolutive… tu décides dans tes groupes de travail en fonction de l’impact que ta décision a : plus elle a d’impacts, plus tu consultes de gens ! Et les décisions très impactantes vont en plénière. »

Mahili :

–     « Je vois ! C’est pour ça que vous dites parfois « Je n’ai pas d’objection » quand nous sommes tous ensemble ?! Je me disais aussi que c’était bizarre juste pour se dire oui… »

Marianne :

–     « C’est vrai que ça peut paraître étrange parfois ! « Je n’ai pas d’objection » se fait dans un tempo précis de la prise de décision par consentement. Cela veut dire « je peux vivre avec ce qui est proposé, tout en me respectant ».

Mahili :

–     « Et si je ne me sens pas respectée ? »

Marianne :

–     « Alors tu peux présenter une objection raisonnable. C’est comme si tu te disais « c’est quoi le risque pour le groupe ou pour moi si cette proposition est acceptée telle quelle ? » Elle est raisonnable car tu utilises ta raison pour argumenter, tu es précis et concret. »

Ca m’a fait penser à Mauge dans notre 2nde plénière. Une facilitatrice c’est plutôt très chouette. C’est possible aussi de désigner une des personnes parmi le groupe ; ce qui permet d’être validé dans ce rôle et d’alterner entre animateurs internes et externes si les réunions sont très fréquentes.

Tout cela m’a laissé rêveuse, déjà parce que j’avais à imaginer le petit bout de chou que je regardais dormir dans 10 ans ! et aussi parce que le groupe est encore dans ses prémices et qu’il y a de nombreuses choses à discuter pour décider. Ce que je me suis dit en tout cas, c’est que la gouvernance est primordiale dans un collectif et que prendre soin de nous l’est tout autant. Un groupe qui en a conscience sera plus solide et épanoui dans ses prises de décision. C’est ce que j’aurai retenu de ces deux jours et ce que je souhaite pouvoir retransmettre aujourd’hui aux membres actifs et autres amis d’Oasisdici.

Marianne

No Comments

Post A Comment