La parole au centre

La parole au centre

Lorsqu’on commence une aventure collective on découvre de nouveaux us et coutumes : certains participants lèvent les mains en jouant des marionnettes pour manifester leur accord, d’autres expriment une besoin plutôt qu’une demande ou une tension qui les anime, parfois encore on nous demande de dire « pas d’objection » pour signifier que l’on peut « vivre avec » une proposition même si on est pas complètement d’accord avec elle… Quelqu’un aurait-il créé le dictionnaire de la vie collective ?

Sans tomber dans l’ironie, ces codes nous aident énormément. 

Je voudrais revenir sur une expression qu’on a utilisé à notre dernière plénière et qui m’a beaucoup plu : « je mets cela, ce thème, cette idée au centre ». 

J’aime beaucoup cette expression car je visualise tout de suite le groupe en cercle. En tout cas, si il y a un centre, on peut tous regarder dans cette direction à un moment précis. Cela permet aussi un réel détachement avec la parole prononcée. Emettre une idée ne signifie pas forcément que cette idée nous appartient entièrement. La mettre au centre, c’est comme la donner au groupe et à soi-même. La regarder comme on observe un objet et chercher comment inter-agir avec.

Lorsque Frédéric a utilisé cette expression, j’ai bien sur vu les peurs et les doutes que son idée pouvait créer et j’ai aussi senti à quel point cela nous avait aidé pour « ne pas en faire une affaire personnelle » : dire qu’on a un problème de facilitation, devant des personnes qui facilitent (en l’occurence moi au premier plan !) était une belle réalité. Prendre le temps de dire : je mets cela, ce sujet au centre, nous a permis d’observer ce qu’il se passait et d’en prendre conscience sans imaginer que cela devenait individuel ou personnel. Quoique prononcée par une seule personne, cette idée qui émerge vient en fait de nous tous, elle est juste. Mettre cette idée au centre, permet à chacun de s’en emparer et de la traduire comme il veut, avec ses peurs, ses réconforts, sa créativité.

Moi cela m’a permis de voir qu’effectivement c’était un enjeu de groupe et qu’en mon for intérieur, j’étais vraiment ok avec ce qu’il se passait, qui invitait, encourageait chacun à prendre soin du « nous ». La balle au centre permet de redistribuer les cartes, de voir si l’idée qui émerge se traduit en action pour la prochaine plénière. Quelque part cela nous a permis de nous recentrer, voir d’être de nouveau dans la bonne posture. Posture ? Mais qu’est ce que c’est que ça, une nouvelle pose de yoga ? Et bien ça les amis, je vous le dirais la prochaine fois !

Marianne

No Comments

Post A Comment